Visite officielle de WiLDAF-Togo à l'hôpital Saint jean de Dieu d'Afangnan.

Dernière mise à jour : 1 juil.

Dans le cadre de la lutte contre la fistule obstétricale, WiLDAF-TOGO (Women in Law and Development in Africa) a effectué une visite ce Lundi 28 Mars 2022 à l'hôpital Saint Jean de Dieu d'Afangnan, où les femmes atteintes de la fistule et du prolapsus génital sont prises en charge.


Rencontre avec le Directeur de l'hôpital Saint Jean de Dieu d'Afangnan.


Le but de cette visite a été de rencontrer le Directeur dudit hôpital et la mission chirurgicale conduite par le Dr.COLAS. Lors de ces rencontres les discussions ont été portées sur le programme des activités, la coordination, et la recherche de financement. En effet, les activités ont débuté sur le terrain ce 28 mars 2022 avec la consultation pré-chirurgicale mais fautes de financement et d'organisation, l'opération chirurgicale n'a pas encore commencé. Raison pour laquelle ces rencontres ont eu lieu afin de bien s'organiser et de trouver une solution au problème de financement pour un bon déroulement de l'opération.


Rencontre avec la mission chirurgicale.


Rappelons que la Fistule Obstétricale est une lésion dangereuse qui survient d’ordinaire pendant un accouchement prolongé et difficile. Elle est surtout commune en Afrique et se manifeste par une fuite d’urine et/ou de matières fécales par le vagin. Cela entraîne plus de complication à long terme. Les femmes qui en souffrent sont souvent condamnées à la dépression, à l’isolement social et à une aggravation de la pauvreté car elles ne peuvent pas travailler.


Elle peut généralement être soignée grâce à une opération chirurgicale, mais nombreuses sont les femmes souffrant de cette lésion qui ne savent pas qu’il existe un traitement ; n’ont pas les moyens de se faire soigner ou n’ont pas accès aux établissements où sont pratiquées ces interventions.


"La fistule n'est pas une fatalité


Vous pouvez donc nous soutenir à travers vos dons engagement en tant que bénévole pour l'élimination de la fistule dans les communautés africaines.


8 vues0 commentaire